Véritable révolution technologique, les performances de l’imprimante 3d ne sont plus à démontrer. En quelques clics, il est désormais possible de repousser les limites de l’imaginaire. À partir d’un dessin informatique, ce type d’appareil est capable de produire des objets en relief. Ce système est en passe de devenir un incontournable dans le monde professionnel, mais aussi pour les particuliers. Vous recherchez une imprimante industrielle performante pour votre entreprise ? Trouvez dans ce guide les diverses technologies disponibles pour bien choisir votre appareil en ligne.

La technologie FDM de l’impression 3d : un rêve devenu réalité

Il y a quelques années, créer des objets à l’aide de son ordinateur et d’une imprimante relevait d’un fantasme. Aujourd’hui pourtant, le progrès technologique ne cesse de nous surprendre, vulgarisant l’impression 3d dans le monde entier.

Avant de se plonger dans le choix de son imprimante, il paraît nécessaire de savoir exactement en quoi consiste l’impression 3d. Pour faire simple, il s’agit d’un procédé qui permet de matérialiser un objet à l’aide d’une machine prévue à cet effet. La technique la plus répandue, mais surtout la plus accessible est le dépôt de fil fondu ou FDM.

Les imprimantes 3d fdm réalisent l’objet à imprimer à partir de filaments de matières. Ceux-ci passent par un extrudeur, chargé de les chauffer et les amener à l’état liquide. Une buse viendra alors dessiner précisément l’objet, en effectuant des poses couches par couches, jusqu’à obtenir la forme idéale. Les imprimantes fdm fonctionnent d’une manière précise, pour choisir le vôtre parmi une gamme d’appareils professionnels, c’est par ici creadil.com.

Les imprimantes 3d à résine

Bien plus complexes, les imprimantes à résine utilisent deux technologies différentes : SLA ou DLP. Cette catégorie d’appareil se fonde sur le principe de la photopolymérisation. D’une manière plus simple, ces imprimantes utilisent de la résine liquide pouvant se solidifier lorsqu’elle est en contact de rayons lumineux spécifiques.

Afin de former les objets, la résine est posée dans un bac, juste en dessous du plateau d’impression. Par la suite, la machine vient solidifier la matière, petit à petit, grâce à une source de lumière spéciale. Il peut s’agir ici d’un laser SLA ou d’un projecteur DLP. Après chaque couche, la machine réitère l’opération jusqu’à l’obtention de l’objet final.

Les imprimantes SLA ou DLP conviennent parfaitement pour la réalisation d’objets à titre professionnel, car elles offrent des résultats plus précis. C’est l’idéal lorsque l’objet à réaliser nécessite des travaux assez détaillés, ou des surfaces parfaitement lisses. Pour obtenir une résolution d’impression haut de gamme, c’est l’appareil à adopter.

La technique du frittage de poudre et de la fusion

Il s’agit ici d’une technologie réservée aux imprimantes à usage industriel, basées sur l’utilisation de matériaux en poudre. Il existe deux types de techniques utilisant cette forme de consommable : Le SLS et le SLM.

Le SLS (frittage sélectif par laser), est un procédé qui consiste à agglomérer les fragments de matières entre eux à l’aide d’un laser. L’imprimante est généralement munie d’un logiciel, qui va guider le laser dans son travail. Ce dernier viendra tracer la forme de l’objet dans le bac où se trouve la poudre, et moduler le tout, couche par couche.

Le SLM ou la fusion au laser fonctionne à peu près de la même manière, mais la différence réside dans la formation du bloc solide. Ici, la machine ne se contente pas d’unir les grains de matière entre eux, mais va jusqu’à les fusionner.

Afin que la fusion s’opère, les grains de poudre sont totalement fondus, de manière à ce qu’ils puissent s’incorporer les uns aux autres. Pour le procédé SLS par contre, la fonte n’est faite que partiellement, de manière à ce que la matière puisse s’unir, sans pour autant que cela nécessite une fusion.

Dans tous les cas, ces deux procédés permettent d’obtenir un résultat assez précis, et conviennent parfaitement à une utilisation professionnelle.